religère…selon Jung

Posté par procrastination le 31 août 2018

Extrait de la vidéo

Intéressante définition de religère (religion!!!) selon Jung

prise de conscience attentive, observation consciencieuse d’une puissance qui domine l’homme indépendamment de sa volonté que l’homo sapiens a toujours projeté en des dieux, des démons, quel que soit le nom qu’il leur aura donné : puissance qu’il a éprouvé assez dangereuses ou assez bienveillantes pour en tenir compte pour les aimer les adorer.

C’est la vision de Carl Gustav Jung sur le terme religère : d’être relié à des puissances invisible.

 

Publié dans Guerison | Pas de Commentaire »

L’interprète…selon Gazzaniga

Posté par procrastination le 11 juin 2018

L’interprète réside dans le cerveau gauche, il interprète  les images inconscientes qui lui parviennent! Il construit un discours conscient cohérent… qui peut être complètement aberrant.

Pour davantage d’informations, visitez le lien

Extrait :

ce que disent les gens verbalement en cabinet n’est donc qu’une interprétation de ce qui se passe inconsciemment à l’intérieur, et c’est souvent erroné. C’est souvent pour cela que les sujets viennent en nous disant qu’ils sont comme ceci ou comme cela à cause de telle ou telle chose, et c’est rarement juste. Ne pas croire les clients dans ce qu’ils disent est pour moi une règle stratégique essentielle. Ca ne veut pas dire qu’ils mentent, ça veut dire qu’ils n’ont pas forcément toutes les informations pour construire leur discours. Notre travail en cabinet consiste notamment à écouter les réactions inconscientes (le corps, le ton, la congruence), pour détecter des interférences entre le discours conscient et les modules inconscients. C’est aussi pour ça que s’intéresser au contenu a rarement de l’importance.

Publié dans Guerison | Pas de Commentaire »

Nouvelle signification : peur de ne pas être aimé

Posté par procrastination le 24 mai 2018

L’angoisse de la perte d’amour… si j’exprime mon agressivité

= l’angoisse d’une agression de la part de mes parents… symétrique à l’agressivité qu’il m’arrive (l’enfant) d’éprouver à leur égard.

Pour plus de détails, voir l’article sur le surmoi archaïque, publié dans ce blog le 26 mars 2016.

Publié dans Guerison | Pas de Commentaire »

Anima selon Marie-Louise Von Franz

Posté par procrastination le 3 avril 2018

Vidéo dont j’ai traduit grâce aux sous-titres english et traduit par google!

L’anima est une personnification de toutes les tendances psychologiques féminines dans la psyché d’un homme, tels que des sentiments vagues et des humeurs, intuitions prophétiques, la réceptivité à l’irrationnel, capacité d’amour personnel, Sentiment pour la nature, et – last but not least -sa relation à l’inconscient.

Ce n’est pas un hasard que dans les temps anciens prêtresses (comme la Sibylle grecque) ont été utilisés pour sonder la volonté divine et de faire le lien avec les dieux.

Dans sa manifestation individuelle, le caractère de l’anima d’un homme est en règle générale façonné par sa mère. S’il sent que sa mère a eu une influence négative sur lui, son anima s’exprimera souvent dans des humeurs irritables, déprimées, l’incertitude, l’insécurité et la susceptibilité.

Si, cependant, il est capable de surmonter les assauts négatifs sur lui-même, ils peuvent même servir à renforcer sa masculinité.

Dans l’âme d’un tel homme, la figure négative mère-anima répétera sans cesse ce thème: « Je ne suis rien. Rien n’a de sens. Avec d’autres, c’est différent, mais pour moi … Je n’aime rien. « 

Ces « humeurs anima » provoquent une sorte de matité, une peur de la maladie, de l’impuissance ou des accidents. Toute la vie prend un aspect triste et oppressant.

De telles humeurs sombres peuvent même attirer un homme au suicide, auquel cas l’anima devient un démon de la mort.

Elle apparaît dans ce rôle dans le film Orphée de Cocteau. Les Français appellent une telle figure anima une femme fatale. Une version plus douce de cette anima sombre est personnifiée par la reine de la nuit dans la Flûte enchantée de Mozart. Les Sirènes grecques ou les Lorelei allemands personnifient aussi cette dangereuse aspect de l’anima, qui sous cette forme symbolise l’illusion destructrice.

Le conte sibérien suivant illustre le comportement d’une telle anima destructrice: Un jour, un chasseur solitaire voit une belle femme émergeant de la forêt profonde de l’autre côté de la rivière. Elle lui fait signe et chante: Oh. Viens, chasseur solitaire dans l’immobilité du crépuscule.
Viens viens! Tu me manques. Tu me manques! Maintenant je vais t’embrasser, t’embrasser!
Viens viens! Mon nid est proche, mon nid est proche. Viens viens, chasseur solitaire, maintenant dans le silence du crépuscule. Il se débarrasse de ses vêtements et nage à travers la rivière, mais soudainement elle s’envole en forme de hibou, riant moqueusement de lui. Quand il essaie de nager pour retrouver ses vêtements, il se noie dans la rivière froide.

Dans ce conte, l’anima symbolise un rêve irréel d’amour, de bonheur, et la chaleur maternelle (son nid) – un rêve qui attire les hommes loin de la réalité. Le chasseur est noyé parce que il a couru après un fantasme qui ne pouvait être réalisé.

Une autre façon de révéler l’anima négative dans la personnalité d’un homme : Il est en remarques de poison, poison, efféminé par lequel il dévalorise tout. Les remarques de ce genre contiennent toujours une torsion bon marché de la vérité et sont d’une manière subtile destructrice.

Il y a des légendes à travers le monde dans lesquelles « une demoiselle empoisonnée », comme ils l’appellent en Orient, apparaît. Elle est une belle créature qui a des armes cachées dans son corps ou un poison secret avec lequel elle tue ses amants lors de leur première nuit ensemble.

Sous cette forme, l’anima est aussi froide et imprudente comme certains aspects étranges de la nature elle-même, et en Europe est souvent exprimée à ce jour par la croyance en sorcières.

Si, d’autre part, l’expérience d’un homme de sa mère a été positive, cela peut aussi affecter son anima de manière typique mais différente, avec le résultat qu’il devient soit efféminé ou est la proie des femmes et est donc incapable de faire face aux difficultés de la vie.

Une anima de ce genre peut transformer les hommes en sentimentalistes,
ou ils peuvent devenir aussi sensible que les vieilles filles ou aussi sensible que la princesse de conte de fées qui pouvait sentir un pois sous trente matelas.

Une manifestation encore plus subtile d’une anima négative apparaît dans certains contes de fées sous la forme d’une princesse qui demande à ses prétendants répondre à une série d’énigmes ou, peut-être, se cacher sous son nez. S’ils ne peuvent pas donner les réponses ou s’ils peuvent les trouver, ils doivent mourir et elle gagne invariablement.

L’anima sous cette forme implique des hommes dans un jeu intellectuel destructeur.

On peut remarquer l’effet de ce tour d’anima dans tous ces pseudo-intellectuels névrotiques, dialogues qui empêchent un homme d’entrer en contact direct avec la vie et ses vraies décisions.

Il réfléchit tellement sur la vie qu’il ne peut pas la vivre et perd toute sa spontanéité et sentiment sortant. La manifestation la plus fréquente de l’anima prend la forme d’un fantasme érotique. Les hommes peuvent être amenés à nourrir leurs fantasmes en regardant des films et des spectacles de strip-tease, ou par rêver sur du matériel pornographique.

C’est un brut, aspect primitif de l’anima, qui devient compulsif seulement quand un homme ne cultive pas suffisamment ses relations sentimentales -
quand son attitude sentimentale envers la vie est restée infantile.

Tous ces aspects de l’anima ont la même tendance que nous avons observé dans l’ombre: c’est-à-dire ils peuvent être projetés afin qu’ils apparaissent à l’homme d’être les qualités d’une femme particulière.

C’est la présence de l’anima qui fait tomber un homme soudainement amoureux quand il voit une femme pour la première fois et sait à la fois que cela
est-elle. »

Dans cette situation, l’homme a l’impression de connaître intimement cette femme depuis toujours; il tombe pour elle si désespérément qu’il a l’air d’étrangers comme une folie complète.

Les femmes qui ont un caractère « féerique » attirent particulièrement projections d’anima, parce que les hommes peuvent presque tout attribuer à une créature si vaguement fascinante, et peut donc procéder à tisser des fantasmes autour d’elle.

La projection de l’anima dans une forme si soudaine et passionnée comme une histoire d’amour peut grandement perturber le mariage d’un homme et peut conduire au soi-disant « triangle humain », avec ses difficultés d’accompagnement.

Une solution supportable à un tel drame ne peut être trouvée que si l’anima est reconnue comme un pouvoir intérieur.

Le but secret de l’inconscient en provoquant un tel enchevêtrement est de forcer un homme à se développer et à amener son propre être à maturité en intégrant davantage de sa personnalité inconsciente et en l’intégrant dans sa vie réelle

Publié dans Guerison | Pas de Commentaire »

Projection

Posté par procrastination le 7 février 2018

Extrait de l’article

Jung : « Comme on le sait, ce n’est pas le sujet conscient qui projette, mais l’inconscient. On découvre donc la projection, mais on ne la crée pas. »

Le résultat des projections est un isolement du sujet face à l’environnement, puisque la relation avec celui-ci n’est pas authentique, mais seulement illusoire.

Les projections transforment le monde environnant dans le visage propre de leur auteur, visage qui toutefois demeure inconnu de lui.

Elles mènent donc en dernier lieu à un état autoérotique ou autistique dans lequel on rêve un monde dont toutefois la réalité reste inaccessible. Le “sentiment d’incomplétude qui en résulte et celui, encore plus fâcheux, de stérilité sont en revanche interprétés, par projection, comme une malveillance de l’entourage, et ce cercle vicieux renforce l’isolement.

Les projections se produisent au niveau individuel, mais elles peuvent être aussi observées dans le monde : Jung se réfère principalement à la « Guerre froide », au « Rideau de Fer ». Les idéologies, les philosophies de la vie sont reliées aux approches psychologiques

Publié dans Guerison | Pas de Commentaire »

Une intuition…

Posté par procrastination le 21 novembre 2017

L’article d’hier sur l’anima… suivi d’un rêve la nuit :

Dans le rêve, il était connu de tous que ma mère (décédée réellement il y a un an)  allait décéder en décembre. Elle me reprochait de ne pas être venue la voir les vacances de la Toussaint. Ah oui, c’était possible de le faire alors que j’étais occupé avec mes enfants. Ma mère transmet ensuite le message à un neveu de me dire de parler à ma petite fille de sa grand-mère. Je lui ai répondu que sa photo était à un endroit visible par ma fille. Je me réveille et réalise que c’était un rêve : ma mère était décédée il y a un an fin septembre.

J’ai interprété mon rêve comme un message de l’anima : destruction de la personnification de l’anima (langage spécialisé de Jung!). Ce matin, j’étais habité par ces deux messages que je transcris dans cet article.

  1. Une compréhension nouvelle : l’on parle de l’intégration de l’anima mais c’est quoi au juste ? L’anima est un archétype inné et la relation primaire avec la mère pour un petit garçon lui donne une certaine forme : une image psychique. C’est par cette image que je vais percevoir ma mère et ainsi ce sera ma relation au monde.Tant que je ne suis pas conscient que c’est une image psychique, je continue de rencontrer inconsciemment des femmes (être fasciné, coup de foudre!) de ce type.
    Jusqu’au jour (travail de longue haleine) où je réalise que c’est une image psychique et ce n’est pas la femme réelle, et de lever la projection de l’anima sur cette femme, qui a quand même des traits de ressemblance, ou peut-être je la façonne!!! Je crée ma réalité?!C’est ainsi que je comprends la personnification de l’anima: projeter une image psychique écrasante sur une femme réelle.
    Détruire cette personnification, c’est prendre conscience (ou sacrifier selon Pierre Solié) d’une confusion entre le monde psychique et le monde réel. L’anima vit dans le monde psychique, l’amener au plan réel est une réelle souffrance, de part les émotions écrasantes que déclenche un archétype.

    Ce serait donc cela l’intégration ?

  2. Venait ensuite l’idée (ou intuition?) L’article sur l’anima me laissait l’impression que pour ne pas être possédé par l’anima il faut être dans l’action notamment pour les homme qui sont dans la pensée, c’est mon cas! L’action permet de voir que ce je crois « image psychique » n’est pas la réalité. C’est le seul moyen. Sinon, je continue de croire ce que je crois. Je suis nul, par exemple.
    Je peux exprimer ceci en disant : on intègre l’anima en détruisant sa personnification.
    L’idée qui me venait : mais en fait il n’y a pas de négatif dans l’anima. Tout est positif. L’anima fera le pont vers l’inconscient.
    Peut-être qu’on n peut se le dire, une fois qu’on l’a intégré l’anima.
    L’anima nous possède pour nous donner la chance de nous en libérer sur le plan réel et elle ré-intègre sa place psychique.
  3. Puis, pour le MBTI. Je crois converger vers ENFJ grâce à cette voie d’intégration de l’anima

Publié dans Guerison | Pas de Commentaire »

L’anima

Posté par procrastination le 20 novembre 2017

Je reviens à l’anima de manière expérentielle cette fois, et non théorique! Néanmoins, je m’appuie sur la théorie (traduite de cet article)

L’anima est l’archétype du féminin chez un homme: c’est la lorgnette par laquelle un homme voit les femmes et comment il se met en relation avec le monde.

L’anima est influencée par la relation primaire entre le garçon et sa maman. L’archétype pré-existe chez le petit garçon et c’est cette relation qui influencera la forme d’apparition de l’anima chez le petit garçon.

Possession par l’anima
Quand l’anima est inconsciente (on dit aussi non intégrée), elle fait des ravages chez un homme : l’homme possédé par son anima ne sait ni quand agir ni comment agir dans le monde!!! Colérique, boudeur… comme un petit garçon. Paralysé, il ne trouve pas l’énergie nécessaire pour faire ce qui doit être fait. Il est en relation avec un animus qui sait tout et prend toutes les décisions dans la relation.

L’homme possédé par son anima est coincé dans un destin que ses modèles répétitifs choisissent pour lui!!!  L’Anima tourne dans un cocon de fantasmes et d’illusions. Il répète la même dynamique, rencontre le même type de femmes et éprouve encore et toujours la même résistance dans le monde.

L’anima s’attaque à toute expérience de l’homme  et il a le sentiment que ce n’était « que du » … Elle est une maîtresse de la création du doute et il se retrouve toujours à douter de ses options et de ses choix. Il se perd dans la contemplation et la réflexion et c’est ce qui l’empêche d’agir. La nuit, il rêve de son Anima, elle apparaît dans ses rêves comme un monstre, l’attaquant, le menaçant.

L’anima attaque l’homme dans sa fonction inférieure

Dans le modèle de type de personnalité de Jung, chaque personne a quatre fonctions, à savoir la Pensée, le Sentiment, l’Intuition et la Sensation. Ces quatre fonctions identifient la manière dont vous vous identifiez et vous permettent d’obtenir des informations du monde extérieur. Un individu favorisera toujours l’une des quatre comme fonction supérieure.

Exemple : acheter une nouvelle voiture.

  1. Un type Pensée analysera les performances, la consommation de carburant, l’accord de plan moteur, etc.
  2. Un type Sentiment évaluera quel véhicule est le mieux adapté à ses besoins.
  3. Un type Intuitif sélectionnera le véhicule qu’il «sait» qui lui convient le mieux.
  4. Un type Sensation choisira un véhicule qui se sent bien à conduire et est dans la bonne couleur.

Maintenant, si vous êtes un type Pensée, votre fonction inférieure (opposée et sous-développée) serait le Sentiment (et vice versa).
Si vous êtes un Intuitif, votre fonction inférieure serait Sensation (et vice versa).

Revenant à l’Anima, elle attaque toujours l’homme dans sa fonction inférieure. Donc, là où la plupart des hommes pensent, généralement, ses sentiments seront mal développés et ici l’Anima prend le contrôle. Elle joue ses émotions comme un violon. Il est maussade, boudeur, colérique et devient vraiment bouleversé. Quand il a les rares moments de bonheur et d’exultation et a un temps fabuleux, l’anima jette rapidement le doute et détruit l’expérience pour lui. Et naturellement, en conséquence, sa capacité d’évaluation a tendance à être pauvre.

Généralement cet homme, dont la fonction inférieure (le Sentiment) l’accompagne tout le temps, éprouve ses émotions et ses expériences mystiques numineuses comme un handicap. Il se trouve désillusionné par ses sentiments et tente souvent de s’échapper dans le domaine de la pensée, mais cela n’aide en rien sa cause. Il a peur de faire confiance à ses sentiments et par conséquent fait un désordre complet de sa vie.

Intégrer l’Anima

L’Anima représente l’aspect divin de l’être humain. Elle est une déesse qui imprègne tout de numinosité et de mystère. L’être humain essaie d’amener le divin dans le domaine de la réalité et réduit ainsi le mystère au banal. Cette tentative de voler l’Anima de sa divinité est évidente dans la culture occidentale où le féminin est réduit à la sexualité de base et brutale.

L’Anima est tombée dans l’inconscient, en particulier dans les cultures protestantes, où le féminin idéalisé est projeté sur la Vierge Marie et l’aspect sombre est projeté sur les femmes qui fascinent et capturent les passions d’un homme, qui lui accorde alors le statut de sorcière parce qu’il a l’impression d’avoir été ensorcelé.

Le danger avec la possession Anima est quand l’homme prend une attitude moyenne, réticente, indifférenciée. Son attitude face au risque est de l’éviter, car il ne croit tout simplement pas que tout ce qu’il entreprendra réussira. Ce désespoir s’oppose au héros intérieur. Comme l’Anima est un Archétype, réaliser l’Anima instinctivement va libérer des émotions écrasantes. C’est pourquoi l’homme doit développer sa fonction inférieure, pour empêcher l’Anima de le posséder. Pour racheter l’Anima, elle doit être autorisée à révéler sa nature divine.

Voici quelques lignes directrices pour faire face à l’Anima dysfonctionnelle

L’un des principaux problèmes avec l’Anima est qu’elle se situe hors du temps. Cela se traduit par des hommes qui agissent de façon inappropriée pour leur âge. Ce sont des vieillards puérils ou des jeunes garçons sages. Cette question liée au temps affecte le jugement de l’homme par rapport à l’action. Il réagit totalement de manière excessive aux petites choses, ou n’agit pas quand il le faut dans de grandes affaires. Cela doit être opposé de la manière suivante.

Le rapide à réagir face à son Anima:

Lorsque l’homme est agité, émotif et qu’il est urgent de réagir, il doit attendre et repousser sa réponse à la situation donnée. Dormir fait des merveilles et une nouvelle perspective apparaîtra. Cet homme s’est mis dans de nombreuses situations indésirables à cause de ce besoin de réagir immédiatement et une certaine perspective sur la situation lui permettra de ne pas tomber dans le piège de la répétition inconsciente de sa dynamique névrotique.
L’Anima crée une urgence pressante pour envoyer l’email, confronter la personne, téléphoner immédiatement. Cette impulsion doit être combattue pour changer l’Anima dans l’inconscient. Retardez l’excitation, attendez d’agir, et elle perdra son urgence et l’homme s’en lassera.
Avec le temps et la pratique, l’homme sera capable d’entrer consciemment dans la situation, sans tomber dans l’émotion. Une fois qu’il est capable de tenir les contraires dans la conscience, de ne s’engager dans aucune action, il sera capable d’intégrer son Anima. Cette lutte est la bataille pour la responsabilité morale, la recherche de la lumière et du sens.

Le lent à réagir face à Anima:

Lorsque l’homme se retrouve perdu dans l’ambiguïté et à court de quoi faire, il doit agir. L’Anima est un expert sur l’implantation du doute. Il doit entrer dans la vie pour sortir de ce piège. Il doit agir d’une manière ou d’une autre. Il doit échapper au schéma répétitif de s’énerver sur les idées et ensuite en discuter à mort jusqu’à ce qu’il soit totalement sans inspiration. Il a besoin de développer une conscience disciplinée pour trouver des solutions et des directions. L’attitude correcte est d’accepter que cela ne fonctionne pas, ou que ce n’est peut-être pas la bonne chose à faire, mais d’agir de toute façon. Il faut agir en fonction des connaissances disponibles à ce moment-là. Surmonter l’Anima c’est expérimenter la réalité et l’inconnu, ne pas en parler.

Développer la fonction inférieure:

L’intégration de l’Anima nécessite l’équilibre entre l’intellect et l’instinct. Il ne faut pas non plus sacrifier l’intellect pour l’Anima, car cela développera aussi une relation déséquilibrée avec l’Anima. Quelle que soit la fonction inférieure, l’homme doit l’engager courageusement et y entrer lentement. Il ne doit pas utiliser la fonction inférieure pour gouverner son royaume externe, mais l’utiliser dans le domaine interne. Tant qu’il essayera d’utiliser sa fonction de perception dans le domaine externe, il sera lourd, lent, mystique et inarticulé. Mais s’il tourne son sentiment vers l’intérieur, et se laisse sentir, peu importe qu’il soit bête ou infantile, il développera lentement sa fonction de sensation. Cette capacité à penser naïvement, sans règles, permet à la libido (énergie) de se précipiter et de redynamiser la psyché. Mais pour donner une voix à la fonction inférieure inconsciente, l’homme doit apprendre à sacrifier l’attitude dominante et dominante des règles et de la structure, ce qui n’est pas facile.

Conclusion:

Comme avec l’Animus, l’Anima est le pont vers l’inconscient et la feuille de route vers ce royaume inconscient se situe dans la fonction inférieure de l’homme. Le but ultime de ce voyage est l’individuation, qui est l’expression la plus authentique et la plus complète d’un individu. L’intégration de l’Anima et de l’Animus est un aspect essentiel de ce voyage

Publié dans Guerison | Pas de Commentaire »

retour à Winnicott: crainte de l’effondrement

Posté par procrastination le 9 octobre 2017

L’angoisse? serait en deça de l´Agonie primitive!!!

Je reprends l’article fondateur (pour débuter) :

http://www.art-cru.com/textes-theoriques/des-theoriciens-pour-travailler/winnicott-la-crainte-de-l-effondrement

Cette critique du livre, par colimasson,  est très éclairante, je n’ai pas (encore ?) lu le livre.

Puis, l’article suivant :

http://www.spp.asso.fr/wp/?p=10304

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

anima animus…what else ?!

Posté par procrastination le 28 août 2017

Une relecture de Carl Gustav Jung sur le concept d’anima et d’animus me permet un nouvel éclairage, un lien

Aussi, le suivant décisif

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

relation prototypique

Posté par procrastination le 11 juillet 2017

La relation que j’instaure avec ma femme serait-elle la relation prototypique infantile que j’ai eu avec mon père, décédé quand j’avais 3 ans ?

Je n’ai pas de souvenirs conscients de mon père, uniquement du jour quand on l’avait ramené dans le cercueil à la maison. On nous avait demandé d’aller jouer dehors. Un moment, je jouais, un sentiment étrange me traversait que je ne devais pas m’amuser alors que quelque chose (de grave?) se passait dans la maison.

Le refoulement de la relation très forte avec mon père continue t-il à opérer de manière inconsciente à l’arrière-plan en calquant la relation avec ma femme sur ce modèle prototypique ?

L’Internal Family System (IFS) éclaire cette situation en recourant au langage des parties. Il y a une partie en moi (inconsciente) qui continue d’agir comme si mon père (= ma femme, ou par les pensées) était toujours là. Une autre partie plus visible qui protège cette partie fait tout pour que cette partie refoulée ne soit pas blessée à nouveau par cette rupture brutale d’amour fusionnel.

Situation avec ma femme : Il y a un refus catégorique en moi que ma femme reprenne contact avec la famille de son ex-copain, décédé il y a 6 ans. Son côté distant avec moi, elle se rapproche seulement quand elle veut des enfants, compter 3 rapprochements… Je me soigne mais je suis toujours, malgré moi, en attente d’amour…  Alors, des doutes tout à fait justifiés me poussent à vérifier et je trouve. Par exemple, elle commente lors du dernier anniversaire du défunt qu’il est toujours dans son coeur et qu’elle pense à lui tous les jours, alors que cela fait 7 ans que nous sommes ensemble et que lui est décédé depuis 6 ans. De son vivant aussi, elle était restée en contact avec lui. Elle disait que c’est toujours lui qui la contacte. C’est elle qui l’avait quittée.

Décodage

C’est dingue, en relisant ci-dessus, ceci me saute au yeux!!!
Si je remplace le mot « ma femme » par « la partie refoulée blessée »,  l’exilée, selon le langage I.F.S. Puis le « je » qui parle par « la partie protectrice », je trouve le décodage de l’I.F.S!!!

La partie protectrice en moi, dite aussi le manager en I.F.S., protège bec et ongles, une partie exilée qui est figée encore dans le passé où elle vivait avec papa. Cette partie exilée croit elle qu’elle avait tué le SELF ?

Au point de vue symbolique de l’IFS : une partie faisait submerger le système psychique par des émotions que le SELF n’a pas pu gérer. Une partie protectrice a pris le relais, et perte de confiance dans le SELF pour qu’il puisse être à nouveau le leader dans le système psychique. Bref, il faut lire l’IFS.

hihi ça devient rigolo de relire l’article dès le début en écoutant la partie protectrice s’exprimer sur son père= LE SELF
Cet article aurait pu s’intituler : la partie protectrice s’exprime

 

 

 

 

 

 

Publié dans Guerison | Pas de Commentaire »

12345...50
 

Bulles de vie |
Les moments parfaits |
Journal d'une fille sans av... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | andrelimoges
| Mes amours, mes trésors, vo...
| naturolife